Diễn đàn Paltalk TiengNoi TuDo Cua NguoiDan VietNam

April 8, 2008

Lần đầu tiên trong lịch sử Olympic, đuốc Olympic đã tắt tại Paris ngày 7/4/2008

Filed under: Olympic 2008 — Tags: — tudo @ 2:27 am

La flamme olympique à Paris : un récit épique

07/04/2008 16:50

Pour la première fois de son histoire, la torche olympique s’est éteinte durant l’une des étapes du relais, à Paris. Poursuivie, malmenée, bousculée, elle n’aura parcouru que deux kilomètres sur les 28 prévus.

Suite à l’aventure londonienne de ce week-end au cours de laquelle la flamme olympique fut déjà largement chahutée, la France avait prévu la mise en place d’un cordon de sécurité, afin d’empêcher tout incident. Pas moins de trois mille policiers furent mobilisés. Mais l’impressionnant dispositif de sécurité n’aura pas eu le succès escompté : les manifestants pro-Tibétains auront, cette fois encore, fait entendre leurs revendications en s’attaquant à la flamme-symbole.

Un parcours chaotique
Dès le début du parcours, des incidents entre forces de l’ordre et militants pro-Tibétains entravent le relais de la flamme. Quatre personnes sont interpellées par la police : deux pro-tibétains qui brandissaient le drapeau tibétain, et deux militants de Reporters sans frontières (RSF), qui ont essayé de sauter par-dessus les cordons de policiers pour atteindre la flamme. Le relais s’arrête, puis reprend. De nouveaux incidents se produisent, et la progression de la torche demeure laborieuse. Tout au long du parcours, des hommes et des femmes tentent de s’allonger sur la chaussée, mais la police les en empêche.

A l’abri, dans le bus
Un peu plus de trente minutes après le départ, le parcours à pied s’interrompt : la torche est placée en sécurité dans un bus. Puis, le relais à pied reprend, la flamme est confiée au joueur de tennis Arnaud Di Pasquale. Il ne faut pas se réjouir trop tôt : la progression sera de nouveau compromise.

Coup de vent sur la flamme
Vers 13h30, tandis qu’elle s’approche des locaux de France Télévisions, la flamme est éteinte, pour «des raisons techniques » selon la préfecture de police de Paris. Elle est alors replacée dans le bus. Le véhicule sera bloqué par une cinquantaine de jeunes manifestants, puis reprendra sa course. L’organisation croyant à une accalmie, la torche retrouve le grand air : elle est placée dans les mains d’une sportive handicapée. Mais l’image, rassurante et traditionnelle, aura été de courte durée : une fois encore, la flamme repart dans son véhicule protecteur.

Sur les images de télévision, elle était éteinte. L’événement est tout de même étonnant : c’est qu’elle est censée être résistante, cette torche de 25 centimètres. Elle est en effet conçue pour parcourir 137 000 km en 130 jours au gré des cinq continents. Mieux, les matériaux qui la constituent sont à même d’affronter les pires conditions climatiques : vents soufflant à 33 mètres par seconde, pluies torrentielles, la torche est même capable de supporter le manque d’oxygène du sommet de l’Everest.

En matière de défis scientifiques, l’homme, ingénieux, trouve parfois réponse à tout. Il lui faudra maintenant tenter de trouver réponse à la colère humaine, pour créer une torche qui serait résistante aux aléas « politiques ».

Dorothée Moutiez

http://www.levif.be/actualite/europe/72-57-15346/la-flamme-olympique-a-paris—un-recit-epique.html

Mot(s) clé(s) liés à cet article:

jeux olympiqueschinetibetparisflamme olympique

 —–

Flamme olympique – La colère chinoise

Thomas de Rochechouart, le mardi 8 avril 2008 à 04:00

La Chine a condamné tout en les minimisant les manifestations qui émaillent le parcours international de la flamme olympique.

Voir tous les articles sur les Jeux Olympiques

Quelle sera désormais la réaction chinoise après la série d’incidents qui émaillent le passage de la flamme ? Loin de convaincre Pékin, ces événements pourraient pousser au contraire le régime à se replier davantage. Avançant notamment la « fermeture » des Occidentaux face à leur initiative. Les incidents pourraient aussi laisser des traces dans les relations entre la Chine d’un côté, l’Europe et les Etats-Unis de l’autre.

Le gouvernement avait déjà vivement réagi à l’incident qui avait perturbé, lundi 24 mars, la cérémonie d’allumage de la flamme olympique à Olympie, dans le sud de la Grèce. « Tout acte visant à perturber le parcours de la flamme olympique est honteux et impopulaire », avait alors déclaré le ministère chinois des affaires étrangères. L’actuelle locomotive de l’économie mondiale n’oubliera sûrement pas cette humiliation internationale. Gare au retour au flamme ?

 


La flamme, vue par la presse étrangère

Londres, Madrid, Rome, Berlin, Washington et Pékin… Hier, la presse internationale avait les yeux sur Paris. Pour le très sérieux quotidien britannique The Guardian, « le relais de la flamme olympique s’est déroulé dans le chaos », parlant « de scènes tumultueuses profondément embarrassantes pour les organisateurs chinois ». Toujours de l’autre côté de la Manche, The Independant pense que « les Français ont été contraints d’éteindre la flamme » en réponse à une centaine de manifestants devenus trop agressifs.

En Espagne, El Mundo précise : « La flamme a dû être éteinte à quatre reprises » et ce malgré « un impressionnant dispositif de sécurité mise en place ». Le quotidien espagnol n’hésitant pas à écrire que « ces harcèlements incessants sont un signe de réussite pour la campagne anti-Pékin initiée par Reporters sans frontières ». En Italie, La Repubblica parle « d’affrontements et d’attaques contre le flambeau » dans « un Paris blindé ! ». En Allemagne, Bild se veut plus optimiste : « Après une courte interruption, la flamme brûle encore. » Aux Etats-Unis, sur le site Internet d’USA Today, on peut lire que « la torche olympique a été stoppée au milieu de la protestation ». Pour terminer ce tour du monde des médias, le Daily China, quotidien contrôlé par l’Etat chinois, déplore, pour sa part, que « le relais ait été affecté par les séparatistes tibétains et leurs sympathisants, suscitant l’indignation de tous les spectateurs présents ».
 

Edition France Soir du mardi 8 avril 2008 n°19766 page 2

http://www.francesoir.fr/dossier/2008/04/08/flamme-olympique-la-colere-chinoise.html

 “Ceux qui s’attaquent à la flamme s’en prennent à la paix”, selon nouvelobs.com

http://www.ledevoir.com/2008/04/08/184079.html

 





Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: