Diễn đàn Paltalk TiengNoi TuDo Cua NguoiDan VietNam

May 13, 2008

China says quake death toll nearly 12,000 (động đất …)

Filed under: Thiên tai, nhân tai, khủng hoảng — tudo @ 9:48 am

En Chine, le séisme aurait fait près de 12.000 morts

Par Cyriel Martin, Ségolène de Larquier et Marc Vignaud

 

A Dujiangyan, le travail des secouristes sera compliqué par les amas de gravats © SIPA

Les informations en provenance de Chine sont de plus en plus préoccupantes. Le séisme, d’une magnitude de 7,5 sur l’échelle de Richter, qui a secoué lundi l’ouest de la Chine aurait fait près de 12.000 morts dans huit régions du pays. L’immense majorité des victimes a été recensée au Sichuan (près de 9.000), la province où a été localisé l’épicentre du séisme. 24 heures après la catastrophe, les premiers secours ont enfin pu accéder à la zone la plus touchée, ont annoncé les médias officiels. Il s’agit “d’une équipe médicale de Chengdu accompagnée de 1.300 militaires”.

Le bilan pourrait encore s’alourdir à mesure que les secours progressent. Dans la seule ville de Mianzhu (sud-ouest), 2.000 morts et 4.800 blessés ont été dénombrés. Environ un millier de collégiens ou de professeurs sont également morts ou portés disparus après l’effondrement de leur collège du district de Beichuan, à quelques dizaines de kilomètres au nord-est de Wenchuan.

De nouveaux corps sortis des décombres

De précédentes informations faisaient état de milliers de morts possibles et de destructions massives à Beichuan, vers lequel des dizaines de véhicules militaires faisaient route. Selon des responsables locaux cités par l’agence officielle, plus de 80 % des constructions sont tombées. Par ailleurs, de nombreux bâtiments se sont aussi écroulés dans la province voisine du Yunnan.

À Dujiangyan, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Wenchuan, les secouristes continuaient mardi de sortir de nouveaux corps des décombres d’une école, ont observé les médias officiels. Des responsables du collège Xiang’e ont estimé que moins de 100 des 420 enfants de l’établissement devaient avoir survécu à l’effondrement d’un bâtiment de l’école, selon Chine nouvelle. À Shifang, une ville située entre Chengdu, la capitale provinciale du Sichuan, et Wenchuan, 900 lycéens ont aussi été piégés sous les gravats de leur établissement. Quelque 500 personnes sont mortes et 2.000 ont été prises au piège dans cette ville proche de l’épicentre du séisme, a annoncé la télévision centrale mardi. Deux usines chimiques ont subi le même sort dans le Sichuan, dans le sud-ouest, faisant prisonniers des centaines d’employés et conduisant à l’évacuation de 6.000 riverains, toujours selon Chine nouvelle.

Mesures d’urgence

Le tremblement de terre meurtrier s’est produit lundi à 8 h 28 heure française – 14 h 28 heure locale – à environ 92 kilomètres au nord-ouest de Chengdu, capitale de la province du Sichuan. Son épicentre était situé à 10 kilomètres sous la surface, a rapporté l’Agence américaine de géologie (USGS). La zone touchée se situe sur le côté oriental du plateau tibétain, une zone généralement peu peuplée en raison des hautes montagnes.

Peu après le séisme, les autorités ont décidé de fermer l’aéroport international de Chengdu et l’armée a été envoyée pour secourir les victimes, ont annoncé les médias officiels. Le président Hu Jintao a ordonné de déployer tous les efforts pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre, selon l’agence officielle Chine nouvelle. Plus de 50.000 soldats ont été mobilisés. Le Premier ministre Wen Jiabao s’est rendu sur les lieux de l’épicentre, dans le district de Wenchuan. Dans une interview accordée à la télévision chinoise, il a qualifié de “désastre” le séisme et a appelé la population “au calme et au courage”. Les installations pour les Jeux olympiques de Pékin n’ont pas été endommagées, a tenu à rassurer un porte-parole du comité d’organisation. “Elles sont antisismiques jusqu’à un niveau assez élevé et aucun dégât n’a été constaté”, a-t-il précisé. Pendant ce temps, la flamme olympique poursuit son parcours dans l’empire du Milieu. Selon le programme, le relais doit passer, mais en juin seulement, par les régions sinistrées depuis lundi. Une étape est prévue à Chengdu, la capitale du Sichuan, le 18 juin, quatre jours après son passage par Chongqing, également affectée.

Le barrage des Trois-Gorges serait intact

 

Le barrage géant des Trois-Gorges, sur le fleuve Yangzi, dans le centre de la Chine, n’a pas non plus souffert du séisme, a fait savoir son gestionnaire. “Les contrôles ont montré qu’il n’y a rien qui sorte de l’ordinaire”, a certifié la société China Three Gorges Project, gestionnaire du barrage hydroélectrique. Le tremblement de terre a néanmoins été perçu dans la région du barrage, un mur de béton de 185 mètres de haut, qui crée une retenue de 39 milliards de m3.

Peu après la secousse, les autorités chinoises ont mis en garde contre d’éventuelles répliques à Pékin. Dans la capitale, située à 1 500 kilomètres de l’épicentre du séisme, les immeubles ont bougé pendant plus de deux minutes et des milliers de personnes ont été évacuées même si on ne recensait dans l’immédiat ni dégât ni victime. La cité financière de Shanghai, la capitale vietnamienne de Hanoï et l’île de Taïwan ont également ressenti le séisme.

Lundi, quelques heures après la catastrophe, le président américain George W. Bush a présenté ses condoléances aux familles des victimes, indiquant que “les États-Unis se [tenaient] prêts à aider de toutes les manières possibles”. Ce séisme est le plus grave qu’ait connu la Chine depuis celui de Tangshan en 1976, qui avait fait 242.000 morts selon le bilan officiel, a indiqué Xinhua.


Localisation de la région touchée par le séisme © Gabriel Jorby / lepoint.fr

À lire aussi :
Les tremblements de terre les plus meurtriers dans le monde
Les principaux séismes en Chine

(lepoint)


China says quake death toll nearly 12,000
48 minutes ago

BEIJING (AP) — A Chinese disaster relief official says the death toll has risen to nearly 12,000 following a massive earthquake that struck the country.

Disaster Response Director Wang Zhengyao said at a news conference Tuesday that 11,921 people had died so far from the 7.9-magnitude earthquake that was centered in Sichuan province.

The death toll from Monday’s quake is expected to rise even higher, with state media saying thousands are still trapped in collapsed buildings.

THIS IS A BREAKING NEWS UPDATE. Check back soon for further information. AP’s earlier story is below.

DUJIANGYAN, China (AP) — Rescue workers dug through schools and homes turned into rubble by China’s worst earthquake in three decades to reach thousands of victims trapped beneath slabs of concrete, as the death toll of 10,000 appeared certain to rise on Tuesday.

A day after the powerful 7.9 magnitude quake struck, state media said rescue workers had only just reached the epicenter in Wenchuan county — cut off by the disaster and where the number of casualties was unknown.

But the official Xinhua News Agency reported 10,000 people “remained buried” in Mianzhu, 60 miles from the epicenter.

Heavy rain, which had contributed to the difficulty of reaching the epicenter, continued to impede efforts and a group of paratroopers called off a mission to the area, Xinhua said.

The tremors caused a wide swath of damage across central China, leveling buildings and severing roads and communications. It sent people rushing out of their offices across the country in Beijing, and was felt as far away as Vietnam.

Nearly 10,000 people died in Sichuan province alone and 300 others in other provinces and the mega-city of Chongqing, Xinhua reported.

Earthquake rescue experts in orange jumpsuits extricated bloody survivors on stretchers from demolished buildings, and some 34,000 troops swarmed into the region to help.

A 40-car freight train with 13 gasoline tankers derailed in the quake and was still burning Tuesday, the agency said, with no word on casualties.

Aftershocks rattled the region for a second day, sending people running into the streets in the city of Chengdu. The U.S. Geological Survey measured the shocks between magnitude 4 and 6, some of the strongest since Monday’s quake.

Just east of the epicenter, 1,000 students and teachers were killed or missing at a collapsed high school in Beichuan county. The six- or seven-story building was reduced to a pile of rubble about two yards high, according to Xinhua. Another 900 students were feared dead when their school collapsed in Juyuan, which is in Dujiangyan city.

The Beichuan school had more than 2,000 students and teachers in three school buildings. The other two buildings collapsed partially, Xinhua said.

Up to 5,000 people were killed and 80 percent of the buildings had collapsed in Beichuan, Xinhua said, in a region of small cities and towns set amid steep hills north of Sichuan’s provincial capital of Chengdu. The government has poured more than 16,000 troops into the area with tens of thousands more on the way.

In Dujiangyan, rescue teams were trying to get to a woman who was eight months pregnant and trapped in a seven-story apartment building that collapsed.

Nearby, a man in his late 50s who refused to give his name, said his father was missing in the rubble of his home. “Yesterday, when the earthquake happened our home collapsed really quickly and I heard my father yell, ‘Help, help, help,'” the man said.

Buildings were knocked down on every block and corpses were laid out in the street. People were seeking rides out of town, where makeshift tent cities were being erected as shelter from rain that began Tuesday and could affect rescue efforts.

Zhou Chun, a 70-year-old retired mechanic, was fleeing toward the city of Chengdu with a soiled light blue blanket draped over his shoulders.

“My wife died in the quake. My house was destroyed,” he said. “I am going to Chengdu, but I don’t know where I’ll live.”

Premier Wen Jiabao, who flew to the area to oversee rescue efforts, said a push was on to clear roads and restore electricity as soon as possible.

China’s Ministry of Health issued an appeal for blood donations to help the victims of the quake. “There is a large demand for blood in quake-hit areas and we hope the public actively donate blood,” spokesman Mao Quan said.

Before the rescue workers arrived, the only previous contact with hard-hit Wenchuan, Xinhua said, was a satellite phone call from the local Communist Party secretary to appeal for air drops of tents, food and medicine. The official, Wang Bin, said there were 57 reported deaths so far, with more than 300 other people seriously injured. He said the figures were likely to rise as there was no information from mountainous areas.

He estimated that at least 30,000 of the county’s 105,000 residents slept outside Monday night.

Fifteen missing British tourists were believed to be in that area at the time of the quake and were “out of reach,” Xinhua reported.

They were likely visiting the Wolong Nature Reserve, home to more than 100 giant pandas, whose fate also was not known, Xinhua said. It reported that 60 pandas at another breeding center in Chengdu were safe.

Disasters pose a test to China’s communist government, whose mandate rests heavily on maintaining order, delivering economic growth and providing relief in emergencies.

Pressure for a rapid response was particularly intense this year, as the government was already grappling with public discontent over high inflation and a widespread uprising among Tibetans in western China while trying to prepare for the Beijing Olympics this August.

Expressions of sympathy and offers of help poured in from the United States, Japan and the European Union, among others. Even rival Taiwan, which is frequently hit by quakes and has highly developed expertise in rescue operations, offered aid.

“I am particularly saddened by the number of students and children affected by this tragedy,” President Bush said in a statement. State Department spokesman Sean McCormack said no aid requests had been made by China.

The government said it would welcome outside aid but gave no specifics. Foreign Ministry spokesman Qin Gang said relief authorities “are ready to make contact with relevant countries and organizations.”

Russia was sending a plane with rescuers and aid, the country’s Interfax news agency reported. China’s Ministry of Finance said it had allocated about $123 million, in aid for quake-hit areas.

The quake was China’s deadliest since 1976, when 240,000 people were killed in the city of Tangshan, near Beijing in 1976.

The latest quake hit a fault where South Asia pushes against the Eurasian land mass, smashing the Sichuan plain into mountains leading to the Tibetan highlands — near communities that held sometimes violent protests against Chinese rule in mid-March.

Associated Press writer Christopher Bodeen in Juyuan, China, contributed to this report.


22:47    |    13/05/2008 Reuters

Le bilan du séisme en Chine dépasse les 13 000 morts

Le bilan du séisme en Chine dépasse les 13 000 morts

Près d’une école primaire de Xiang Ngor qui s’est effondrée lors du séisme. Au lendemain du séisme qui a dévasté le sud-ouest de la Chine, le bilan s’élève à plus de 13.000 morts et semble devoir s’alourdir fortement, près de 19.000 personnes étant ensevelies sous les décombres dans la seule ville de Mianyang. /Photo prise le 13 mai 2008/REUTERS

Au lendemain du séisme qui a dévasté le sud-ouest de la Chine, le bilan s’élève à plus de 13.000 morts et semble devoir s’alourdir fortement, près de 19.000 personnes étant ensevelies sous les décombres dans la seule ville de Mianyang.

Orages et difficultés de communication ont ralenti l’arrivée des secours dans les régions montagneuses situées autour de l’épicentre de ce séisme de 7,9 sur l’échelle de Richter, le plus dévastateur depuis une trentaine d’années.

Les médias chinois évoquent des scènes de dévastation près de l’épicentre, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Chengdu, chef-lieu du Sichuan, dans le comté de Wenchuan que des glissements de terrain ont rendu d’un accès difficile.

Des responsables ont annoncé mardi soir que la mort de 500 habitants était confirmée à Wenchuan, rapporte l’agence Chine nouvelle. Mais on s’attend à ce que les pertes augmentent là comme ailleurs.

Trente soldats de l’Armée de libération du peuple (ALP) ont atteint l’agglomération de Yingxiu (Wenchuan) et y ont secouru 300 habitants, indique l’agence. On n’a cependant retrouvé que 2.000 survivants dans cette ville de 12.000 habitants, selon He Biao, un responsable local cité par la télévision nationale.

“Ils entendaient des gens appeler à l’aide de sous les décombres, mais personne ne pouvait les aider car ce n’étaient pas des équipes professionnelles de secours”, a-t-il poursuivi.

Environ 60.000 personnes sont portées disparues à Wenchuan.

“Ce dont nous avons le plus besoin, ce sont des médicaments. Il n’y a pas de médicaments, pas de médecins, et après si longtemps, aucune nourriture”, a ajouté He.

18.645 PERSONNES ENSEVELIES À MIANYANG

A Mianzhu, au Sichuan, des secouristes ont dit que le bilan s’élevait actuellement à 3.000 morts. Environ 500 personnes en vie ont été dégagées de bâtiments effondrés. Des informations précédentes faisaient état de 10.000 personnes ensevelies sous les décombres à cet endroit.

Dans la ville de Mianyang, important bourg agricole, 18.645 autres personnes sont prisonnières des décombres, rapporte Chine nouvelle.

Dans les provinces autres que le Sichuang, plus de 320 décès dus au séisme ont été confirmés jusqu’ici.

Les recherches pour retrouver des survivants se sont transformées en course contre le temps et les intempéries.

Le Premier ministre Wen Jiabao, qui s’est rendu au Sichuan et a entrepris de coordonner les efforts, n’a pas caché son pessimisme. “La situation est pire que prévu et les sites des opérations de secours sont compliqués”, a-t-il dit selon Chine nouvelle.

Les autorités ont aussi prévenu que de nouvelles répliques pourraient frapper la région et que des glissements de terrain pourraient ajouter à la tragédie.

Une réplique – l’une des 2.354 qui ont touché la ville au cours des dernières 24 heures – a ébranlé mardi après-midi Chengdu, entretenant l’inquiétude des habitants.

Plus de 50.000 soldats participent aux secours ou sont en route pour la région sinistrée. L’armée de l’air a annoncé que 6.500 militaires avaient été parachutés sur le comté du Wenchuan où la pluie et un épais brouillard avaient empêché des hélicoptères de l’armée d’atterrir.

Dujiangyan, à mi-chemin entre Chengdu et l’épicentre, est complètement dévastée, avec des bâtiments en ruines et des cadavres dans les rues.

AIDE INTERNATIONALE OFFERTE

Des secouristes ont travaillé toute la nuit, retirant des corps d’écoles détruites, de maisons, d’usines et d’hôpitaux démolis par le séisme, qui a secoué la Chine à partir du Sichuan et a été ressenti jusqu’à Bangkok ou Hanoï.

Environ 900 adolescents sont ensevelis sous une école de trois étages qui s’est effondrée à Dujiangyan.

Les autorités chinoises ont fait savoir qu’en milieu de journée (04h00 GMT) on ne signalait aucune victime étrangère.

C’est le séisme le plus puissant qu’ait connu la Chine depuis celui de Tanghsan, dans le nord-est du pays, où environ 300.000 personnes avaient trouvé la mort en 1976. A l’époque, contrairement à aujourd’hui, le Parti communiste chinois s’était employé à dissimuler l’étendue de la catastrophe.

L’indice boursier chinois a terminé en baisse mardi et les transactions concernant 66 entreprises ont été suspendues.

Pour autant, les analystes ne prévoient pas d’impact économique majeur de la catastrophe, même si elle risque d’entraîner des pénuries qui alimentent l’inflation, qui a déjà atteint son plus haut niveau depuis près de douze ans.

L’administration nationale des céréales a ordonné aux gouvernements locaux d’assurer un approvisionnement suffisant et la stabilité des prix des céréales et de l’huile de cuisine.

Des offres d’assistance sont venues du monde entier à trois mois de l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin.

Les autorités olympiques chinoises ont assuré aux étrangers que le pays était sûr. Une minute de silence précédera chaque relais de la flamme olympique et les festivités seront plus discrètes.

Version française Nicole Dupont et Philippe Bas-Rabérin
(lepoint)


22:46 | 13/05/2008 Le Point.fr

En Chine, le séisme aurait fait au moins 20.000 morts
Par Cyriel Martin, Ségolène de Larquier et Marc Vignaud

Il ne s’agit que d’un bilan provisoire, sans doute encore largement sous-estimé. Le séisme qui a secoué lundi l’ouest de la Chine aurait fait plus de 20.000 morts et disparus dans la région du sud-ouest du pays. On compte plus de 12.000 morts dans la seule province du Sichuan (sud-ouest), où a été localisé l’épicentre. Sept autres régions du pays ont été touchées par ce tremblement de terre d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter, le plus violent en Chine depuis plus de 30 ans.

Les premiers secours n’ont pu accéder aux zones les plus affectées que 24 heures après la catastrophe. Les chiffres pourraient donc encore s’alourdir à mesure que les équipes progressent. Ainsi, dans la seule ville de Mianzhu (sud-ouest), 3.000 morts et 4.800 blessés ont été dénombrés. Dans une autre ville de la région, Mianyang, ce sont plus de 3.600 personnes qui ont été tuées et au moins 18.645 autres qui sont ensevelies sous les décombres. Environ un millier de collégiens ou de professeurs sont également morts ou portés disparus après l’effondrement de leur collège du district de Beichuan, à quelques dizaines de kilomètres au nord-est de Wenchuan. Des exemples qui se multiplient depuis lundi.

Mesures d’urgence

Le tremblement de terre meurtrier s’est produit lundi à 8 h 28, heure française – 14 h 28, heure locale – à environ 92 kilomètres au nord-ouest de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, située sur les contreforts du Tibet. Son épicentre était situé à 10 kilomètres sous la surface, a rapporté l’Agence américaine de géologie (USGS). L’endroit le plus sinistré se situe sur le côté oriental du plateau tibétain, une zone généralement peu peuplée en raison des hautes montagnes.

Peu après le séisme, les autorités ont décidé de fermer l’aéroport international de Chengdu et l’armée a été envoyée pour secourir les victimes, ont annoncé les médias officiels. Le président Hu Jintao a ordonné de déployer tous les efforts pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre, selon l’agence officielle Chine nouvelle. Plus de 50.000 soldats ont été mobilisés. Le Premier ministre Wen Jiabao s’est rendu sur les lieux de l’épicentre, dans le district de Wenchuan. Dans une interview accordée à la télévision chinoise, il a qualifié de “désastre” le séisme et a appelé la population “au calme et au courage”.

Les installations pour les Jeux olympiques de Pékin, qui s’ouvrent début août, n’ont pas été endommagées, a tenu à rassurer un porte-parole du comité d’organisation. “Elles sont antisismiques jusqu’à un niveau assez élevé et aucun dégât n’a été constaté”, a-t-il précisé. Les instances sportives chinoises ont revanche annoncé que le trajet de la flamme olympique serait raccourci, sans donner plus de précisions. Selon le programme initial, le relais devait passer en juin par les régions sinistrées. Une étape à Chengdu, épicentre du séisme, était prévue le 18 juin.

Le barrage des Trois-Gorges serait intact

Le barrage géant des Trois-Gorges, sur le fleuve Yangzi, dans le centre de la Chine, n’aurait pas souffert du séisme, a fait savoir son gestionnaire. “Les contrôles ont montré qu’il n’y a rien qui sorte de l’ordinaire”, a certifié la société China Three Gorges Project, gestionnaire du barrage hydroélectrique. Le tremblement de terre a néanmoins été perçu dans la région du barrage, un mur de béton de 185 mètres de haut, qui crée une retenue de 39 milliards de m3.

Ce séisme est le plus grave qu’ait connu la Chine depuis celui de Tangshan en 1976, qui avait officiellement fait 242.000 morts.


À lire aussi :
Les tremblements de terre les plus meurtriers dans le monde
Les principaux séismes en Chine

Les tremblements de terre les plus meurtriers dans le monde

Par Marc Vignaud (avec agence)

Après le tremblement de terre dévastateur qu’a connu la Chine lundi, retour sur les principaux séismes qui ont secoué le monde depuis le début du XXe siècle.

Décembre 1908 : de 70 000 à 100 000 morts à Messine (Sicile, ITALIE).

Janvier 1915 : 29 980 morts à Avezzano (ITALIE).

Décembre 1920 : Plus de 100 000 morts dans le Gansu (CHINE).

Septembre 1923 : Plus de 140 000 morts à Yokohama, près de Tokyo (JAPON).

Mai 1927 :
200 000 morts à Nanchang (CHINE).

Décembre 1932 : 70.000 morts dans le Gansu (CHINE).

Janvier 1934 : 10 700 morts au Bihar (INDE).

Mai 1935 : 50 000 morts à Quetta (INDE).

Janvier 1939 : 28 000 morts dans la région de Chillan (CHILI).

Décembre 1939 : de 35 000 à 40 000 morts à Erzincan (TURQUIE).

Février 1960 : 12 000 morts à Agadir (MAROC).

Septembre 1962 : 12 000 morts à Qazvin (IRAN).

Août 1968 : 10 000 morts dans le nord-est de l’IRAN.

Janvier 1970 :
10 000 morts (bilan non officiel) dans le Yunnan (CHINE).

Mai 1970 : 66 800 morts sur la côte du PÉROU.

Décembre 1972 :
10 000 morts à Managua (NICARAGUA).

Mai 1974 : de 10 000 à 20 000 morts, selon les estimations, dans le Sichuan et le Yunnan (CHINE).

Février 1976 : 26 000 morts au GUATEMALA.

Juillet 1976 :
au moins 240 000 morts (bilan officiel), jusqu’à 700 000 morts, selon les experts occidentaux à Tangshan (CHINE).

Septembre 1978 : 25 000 morts dans la région de Tabass (IRAN).

Septembre 1985 :
5 000 morts (bilan officiel), de 10 000 à 30 000 selon une estimation française, à Mexico (MEXIQUE).

Décembre 1988 :
25 000 morts à Spitak (ARMÉNIE).

Juin 1990 :
37 000 morts dans les provinces de Ghilan et Zandjan (IRAN).

Septembre 1993 :
7 600 morts dans le Maharastra (INDE).

Janvier 1995 :
Près de 6 500 morts dans la région de Kobe-Osaka (JAPON).

Août 1999 : 20 000 morts dans le nord-ouest de la TURQUIE.

Janvier 2001 : 25 000 morts dans le Gujarat (INDE).

Décembre 2003 : 31 000 morts dans la ville de Bam (IRAN).

Décembre 2004 : un séisme d’une magnitude de 9,1 au large de Sumatra (Indonésie) déclenche un tsunami gigantesque qui fait plus de 220 000 morts dans une dizaine de pays d’ASIE DU SUD-EST.

Octobre 2005 : un séisme d’une magnitude de 7,6 provoque la mort d’au moins 75 000 personnes au PAKISTAN et en INDE.

Mai 2006 : Près de 6 000 morts à Java (INDONÉSIE).


18:09    |    12/05/2008 Le Point.fr

Les principaux séismes en Chine depuis 1920

Par Marc Vignaud (avec agence)

En Chine, le dernier séisme en date a déjà fait 8 500 morts, selon les autorités, alors que le bilan est toujours provisoire lundi. D’une superficie de 9 596 960 m2, la Chine a à plusieurs reprises connu de telles catastrophes. Retour sur les tremblements de terre qui ont ponctué l’histoire de cet immense pays depuis les années 1920.

16 décembre 1920 : 230 000 morts lors d’un séisme de magnitude 8,5 dans la province du Gansu (nord-ouest).

23 mai 1927 : 41 000 personnes périssent dans un tremblement de terre de magnitude 8 dans le Gansu.

26 décembre 1932 : Un séisme de magnitude 7,6 fait 70 000 victimes toujours dans le Gansu.

5 janvier 1970 : 15 621 morts lors d’un séisme de magnitude 7,8 dans le Yunnan (sud-ouest).

11 mai 1974 : 10 000 personnes périssent dans les provinces du Sichuan et du Yunnan (sud-ouest) à la suite d’un séisme de magnitude 7,1.

4 février 1975 : 1 300 morts lors d’un séisme de magnitude 7,3 dans le Liaoning (nord-est).

28 juillet 1976 : la ville industrielle de Tangshan (200 km à l’est de Pékin) est rayée de la carte par un séisme de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter (8,2 selon des sources américaines). Pékin fournit un bilan officiel de 242 000 morts et 164 000 blessés graves. Des experts occidentaux parlent de 700 000 victimes.

24 janvier 1981 : 150 morts lors d’un séisme de magnitude 6,7 dans l’ouest du Sichuan (sud-ouest).

23 août 1985 : 67 morts lors d’un séisme de 7,4 dans le Xinjiang (nord-ouest).

26 avril 1990 : 126 morts dans un séisme de 6,9 dans le Qinghai (nord-ouest).

3 février 1996 : 228 morts et 3 700 blessés graves lors d’un séisme de magnitude 7 à proximité de la ville de Lijiang (Yunnan, sud-ouest).

23 février 2001 :
10 morts et disparus et 50.000 personnes sans abri après un séisme de magnitude 6 dans la province du Sichuan (sud-ouest).

24 février 2003 : un violent séisme (6,8 ) fait 268 morts dans l’ouest de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest). Très importants dégâts matériels.

21 juillet 2003 :
un séisme de 6,2 fait 16 morts et 300 blessés dans la préfecture de Chuxiong (Yunnan, sud-ouest).

26 novembre 2005 :
un séisme de magnitude 5,7 secoue les provinces du Jiangxi (centre-est) et du Hubei (est), faisant 13 morts et des centaines de blessés.

23 juillet 2006 : 22 personnes tuées et 106 blessées lors d’un séisme de magnitude 5,1 dans le Yunnan (sud-ouest). Plus de 6 000 habitations sont détruites et 38 000 édifices au total sont endommagés.


http://www.lepoint.fr/actualites-monde/les-principaux-seismes-en-chine-depuis-1920/924/0/244908

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: